Accueil > Formation > Thèses - Initiation à la recherche > Sismologie - Xavier Kinnaert - 2012-2016 (soutenue)

Sismologie - Xavier Kinnaert - 2012-2016 (soutenue)

Xavier Kinnaert
"Estimation des erreurs lors du traitement de la sismicité induite et de leur impact sur les modèles de réservoirs géothermiques (Data processing of induced seismicity : error estimation and their impact on geothermal reservoir models)"

Le jury était composé de :

  • U.Achauer, EOST, directeur de thèse
  • T.Kohl, KIT, directeur de thèse
  • T.Fischer, Charles University Prague, Rapporteur
  • J.Ritter, Geophysikalisches Institut (GPI), Rapporteur
  • J.Schmittbuhl, EOST, Examinateur
  • A.Genter, ES-Géothermie, Examinateur
 -

Références :

Abstracts EGW (European Geothermal Workshop)

« L’une des particularités de cette thèse est qu’elle est réalisée en cotutelle entre le Karlsruher Institut für Technologie (KIT, à Karlsruhe) et l’Institut de Physique du Globe (IPGS, à Strasbourg). Elle a été financée pendant 3 ans par le LabEx G-eau-thermie Profonde (Strasbourg) et par le KIT et ses partenaires allemands.
Nous nous sommes penchés sur la question des erreurs de localisation de séismes dues à diverses approximations non prises en compte lors de la formulation du problème et à certaines incertitudes. Par exemple, le choix d’un modèle de vitesse incorrect ou la précision des temps de trajet des ondes de volume (ondes P et S), entre la source et les différents récepteurs, peuvent conduire à de fausses localisations de sources. D’un autre côté, une bonne couverture azimutale du réseau sismique et la présence de récepteurs en fond-de-puits vont diminuer les incertitudes de localisation.
Bien entendu, pour pouvoir quantifier les erreurs, il faut connaître les emplacements des sources : c’est pourquoi nous avons travaillé avec des sources synthétiques. La quantification des erreurs de localisation pourrait permettre de se rapprocher de la réalité lors de l’interprétation des résultats obtenus sur le terrain.
Dans le cadre de cette thèse, le travail a été effectué pour les réservoirs géothermiques de Soultz-sous-Forêts et Rittershoffen mais la méthode pourrait très bien s’appliquer à d’autres sites. »

24 mai 2017