Accueil > Accueil > Le mot du directeur > Retour sur 2016 par J.Schmittbuhl

Retour sur 2016 par J.Schmittbuhl

Retour sur 2016

Jean Schmittbuhl, Directeur du LabEx G-EAU-THERMIE PROFONDE
(Publié dans le Rapport d’activité 2016)

Trois grands événements ont marqué l’année 2016 : l’inauguration de la centrale de Rittershoffen (ECOGI), le 7 juin, en présence de Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, le congrès international EGC (European Geothermal Congress) à Strasbourg à l’automne avec près de 1000 participants, et l’inauguration de la nouvelle phase industrielle de Soultz-sous-Forêts, le 23 septembre.
Ces événements ont été des moments forts qui ont montré l’importance de la synergie entre les partenaires du Labex : l’Université de Strasbourg, le CNRS, ÉS (Électricité de Strasbourg) et le GEIE de Soultz-sous-Forêts. Ils ont ainsi donné une très forte visibilité à la fois nationale et internationale aux activités du LabEx.

En interne, la nouvelle structuration en neuf groupes de travail (WG) a trouvé sa place et montré son efficacité pour coordonner les réalisations des 90 participants au projet. Ces groupes sont identifiés autour de leur savoir-faire méthodologique : sismologie, géodésie, magnéto-tellurie et gravimétrie (méthodes potentielles), physique des roches, hydro-géochimie, géologie, sciences sociales, centre de données et formation.

Les 12 projets Labex retenus à l’appel à projet interne ont permis des initiatives originales comme l’étude de l’impact du pH sur le fractionnement isotopique lors de la dissolution des minéraux ou l’interprétation mécanique du gonflement induit au voisinage de la centrale de Landau après l’incident de 2013, ou encore l’analyse de l’évolution de la porosité dans le Buntsandstein avec la profondeur.

La récente évaluation par le comité scientifique international montre toute la richesse du travail réalisé et confirme que le Labex G-eau-thermie Profonde constitue aujourd’hui un pôle d’expertises de plus en plus reconnu dans ce domaine des géosciences.

Coté GEIE, il faut noter l’arrivée de Daniel Leibel comme nouveau gérant du GEIE, et pour ÉS Géothermie, la nomination de Jean-Jacques Graff comme président de l’AFPG.

La Chaire industrielle de géothermie profonde, dont l’objectif est de chercher à associer au plus près recherche fondamentale et applications industrielles, a pu voir son activité s’amplifier avec les projets ANR Cantare, Ademe EGS Alsace, H2020 Destress et Epos-IP AH. Ces financements traduisent l’effet de levier obtenu à partir des Investissements d’Avenir et du co-financement important d’ÉS.

Parmi les résultats marquants obtenus en 2016, on peut citer l’imagerie très haute résolution de la sismicité induite pendant la stimulation du puits GRT1 de Rittershoffen, les progrès méthodologiques sur l’imagerie du sous-sol régional à partir du bruit sismique ambiant, un nouveau logiciel de traitement des données gravimétriques, une modélisation originale de l’influence de la température sur les interactions fluides-roches dans le réservoir, des résultats expérimentaux tout à fait pionniers sur les cinétiques de dissolution des minéraux ou une synthèse exhaustive des propriétés hydrauliques des puits de Rittershoffen. Au total, ce sont 22 publications et 46 communications dans des actes de colloques qui ont été publiés dans le cadre du Labex en 2016.

Pour finir, mentionnons la première promotion du Diplôme Universitaire (DU « gestion de projets en géothermie »), les trois soutenances de thèse (Christine Heimlich, Xavier Kinnaert et Marion Pollet-Villard), le démarrage de quatre nouvelles thèses (Bérénice Vallier, Jérôme Azzola et Nolwenn Portier, Coralie Aichholzer), la réunion publique à la DREAL Grand-Est dans le cadre du SPPPI des résultats de Philippe Chavot, Anne Masseran et Yeny Serrano concernant l’analyse sociologique des enquêtes publiques sur l’Eurométropole en 2015, le festival scientifique Alsasciences piloté par le Jardin des Sciences de l’Université de Strasbourg à Soultz-sous-Fôrets sur la géothermie profonde, la signature d’un accord d’échange de données publiques/privées pour la surveillance des projets régionaux, la tenue d’un atelier avec la DGEC et la DREAL Grand-Est sur la prospective en matière de gestion des données sous-sols pour la géothermie profonde.

C’est ce foisonnement d’initiatives et de résultats qui fait toute la force du projet. Encore un grand merci à tous et bonne réussite dans tous vos travaux !

15 janvier 2016