Accueil > Formation > Ingénieur - Module Géothermie à l’EOST > Témoignages > Adrien Le Chenadec, étudiant en Master

Adrien Le Chenadec, étudiant en Master

ITW

Adrien Le Chenadec

Etudiant en Master

Vous avez effectué votre stage de M2 au sein du LabEx G-EAU-THERMIE PROFONDE, quel était l’objet de ce stage ?

Lors de mon stage de Master 2, encadré par J. Vergne et M. Lehujeur, j’ai eu l’opportunité de participer au projet EstOF-250, qui a permis l’installation d’un grand nombre de capteurs sismologiques en un réseau dense et homogène dans la région de l’Outre-Forêt au Nord de l’Alsace. L’objectif de ce stage était d’étudier le potentiel d’une méthode émergeante en sismologie pour imager les 5 premiers kilomètres de la croûte à une échelle régionale, dans un contexte géothermal. Cette méthode, couramment appelée ‘’méthode de corrélation de bruit’, permet à partir du bruit de fond sismologique (c’est-à-dire les vibrations naturelles du sol), d’observer les structures du sous-sol. L’application de cette méthode sur un tel réseau a permis de démontrer son potentiel. De plus, la simplicité de la mise en œuvre de ce réseau, ainsi que son faible coût (comparé aux techniques de prospection active) démontre l’intérêt de développer de tels réseaux.

Que vous a apporté de réaliser un stage dans le cadre d’un tel projet ?

Travailler au sein du LabEx a été très enrichissant. Tout d’abord, car la géothermie est un domaine porteur à une époque où la recherche de nouvelles énergies est primordiale. J’ai beaucoup apprécié travailler dans un cadre visant à développer et à améliorer une énergie propre et renouvelable. Cela m’a également permis de travailler sur des méthodes récentes, ainsi que sur un projet ambitieux. Enfin, le LabEx rassemble un grand nombre de domaines scientifiques variés, ce qui m’a permis d’enrichir mes connaissances dans d’autres domaines que celui dans lequel j’ai pu travailler, notamment au cours des ‘’Café-LabEx’’.

Et pour la suite ?

A la fin de mon Master j’ai eu l’opportunité d’obtenir une thèse au sein du LabEx, pour pouvoir continuer à travailler dans ce domaine. Au cours de cette thèse, je continuerai à travailler sur ces méthodes récentes en sismologie, dans le but de faire du suivi de réservoirs géothermiques ou de stockage de gaz. Grâce à cette opportunité, je pourrai continuer d’approfondir mes connaissances dans des domaines variés des Sciences de la Terre, et également pouvoir créer des liens avec des entreprises pour élargir mes horizons.

Propos recueillis en Décembre 2015

26 février 2016