Accueil > Formation > Formation à l’EOST > Témoignages > Marion Pollet-Villard, étudiante en thèse

Marion Pollet-Villard, étudiante en thèse

ITW

Marion Pollet-Villard

Etudiante en thèse

Quel est l’objet de votre thèse ?

Mon travail de recherche vise à mieux définir la cinétique des interactions eau/roche intervenant au sein du réservoir de Soultz-sous-Forêts. Dans le contexte spécifique de la circulation géothermale, les réactions de dissolution et de précipitation intervenant lors de la circulation du fluide dans le réservoir engendrent une modification de ses propriétés physico-chimiques et conditionnent la performance du site. Dans ce contexte, il est donc primordial de prévoir la cinétique des interactions fluide/roche à long terme.
Pour améliorer la description de ces interactions, j’étudie l’évolution de la surface réactive des minéraux lors de leur altération par un fluide hydrothermal. Le premier objectif de ma thèse est d’analyser l’influence de l’anisotropie de la structure cristalline des minéraux sur leur cinétique de dissolution. Le second est d’étudier l’impact de la formation de phases secondaires à même le minéral primaire sur sa vitesse de dissolution globale. L’objectif final est de mieux paramétrer les lois cinétiques classiquement implémentées dans les modèles géochimiques afin de réduire l’écart cinétique entre les données issues du laboratoire et le milieu naturel.

Comment avez-vous été recrutée pour réaliser cette thèse ?

J’ai eu connaissance du sujet de thèse par internet, sur le site de l’EOST. Le contexte industriel et appliqué à la géothermie de Soultz-sous-Forêts m’a tout de suite intéressée. De plus, je retrouvais dans la description de la thèse quelques points communs avec le travail que j’avais effectué en stage de Master à Lyon. J’ai donc postulé à l’offre en envoyant une lettre de motivation et un CV. J’ai ensuite rencontré les porteurs du projet qui m’ont proposée d’effectuer la thèse sous leur direction.

Selon vous, quel est le plus d’une thèse au sein d’un projet comme le LabEx ?

Le LabEX regroupe différentes thématiques de recherche, des objectifs industriels ainsi que des problématiques techniques intéressantes. Je trouve que l’association de ces domaines est très enrichissante et apporte un réel plus dans la formation d’un doctorant. L’organisation de réunions régulières et de groupes de travail au sein du LabEx nous permet d’échanger avec les scientifiques et industriels des différents projets et de suivre l’avancement des travaux en cours. On améliore ainsi nos connaissances sur des domaines scientifiques variés et sur les enjeux liés au contexte industriel. Cela nous apprend aussi beaucoup sur la gestion de projet et le travail en équipe, d’autant plus présent au sein du LabEx car il fait intervenir un très grand nombre de collaborateurs.

Propos recueillis en Décembre 2015

26 février 2016