Accueil > Formation > Stages > Forages > 2014 - géologie - (Master 2) - VIDAL Jeanne

2014 - géologie - (Master 2) - VIDAL Jeanne

Jeanne VIDAL

Diplôme préparé : Master 2
Sujet de stage : Évaluation de l’impact des stimulations thermiques, chimiques et
hydrauliques à partir de la caractérisation géologique et structurale du puits géothermique GRT-1 (Rittershoffen, France)
Tuteur : J.Schmittbuhl, A.Genter

Résumé :
Le puits géothermique GRT-1 (Rittershoffen, Alsace) réalisé en 2012 jusqu’à 2,6 km de profondeur a fait l’objet de stimulations thermiques, chimiques et hydrauliques en 2013 sur la section en trou ouvert composé de grès et de granite fracturés. L’objectif dece mémoire est d’évaluer l’impact des trois phases distinctes de la stimulation principalement sur la paroi du puits. Pour cela une analyse différentielle des données dynamiques et des imageries de paroi acoustiques ante- et post-stimulation (2012, 2013) a été mise en oeuvre. Ces imageries ont fait l’objet de traitements spécifiques dans l’objectif de mettre en évidence les différences entre les deux acquisitions. Cinq zones localisées ont été analysées plus finement : trois zones dans le grès et deux zones dans le granite. Ces cinq zones sont représentatives des différents comportements visibles dans la section en trou ouvert. Deux zones naturellement fracturées ont été modifiées par dissolution minérale dans le grès et dans le granite. Deux zones ont subi des modifications thermo-hydromécaniques ; la zone gréseuse sous le sabot et la zone de faille perméable majeure dans le granite altéré. La dernière zone se situe dans le grès et ne présente pas de modifications majeures au niveau des fractures. La matrice silicatée semble avoir été thermiquement affectée par endroit. Cette zone est représentative du comportement du reste de la section en trou ouvert. Les modifications locales de la paroi du puits déduites de l’analyse des imageries ne peuvent pas à elles seules expliquer l’amélioration des performances hydrauliques notamment la connexion entre le puits et le réservoir fracturé. En effet, une réorganisation post-stimulation du chemin des fluides en champ proche (1-5m) et en champ lointain (< 1 km) doit contribuer à la perméabilité en grand du milieu.

14 octobre 2014