Accueil > Formation > Stages > Forages > 2014 - géologie - (Master1) - AICHHOLZER Coralie

2014 - géologie - (Master1) - AICHHOLZER Coralie

AICHHOLZER Coralie

Diplôme préparé :
Sujet de stage : Importance des méthodes diagraphiques dans la reconnaissance des limites stratigraphiques : applications au forage géothermique de Rittershoffen
Tuteur : P. Duringer, A. Genter, V. Maurer

Résumé :
Le programme de recherche initié depuis 1987 à Soultz-sous-Forêts (France), Rittershoffen (France) et Landau (Allemagne) vise à exploiter la chaleur contenue dans le sous-sol car elle constitue un important stock d’énergie qui pourrait être mis en valeur par des unités de production géothermique (BRGM, 2004). Ce sont les formations sédimentaires permo-triasiques et le socle cristallin varisque qui, affectés par un réseau de fractures, contiennent de l’eau géothermale qui véhicule la chaleur. Les températures de l’eau y sont de l’ordre de 180°C à 240°C pour une profondeur de 5km. La pile de roches sédimentaires qui recouvre le granite fait environ 2km d’épaisseur. Pour des raisons aussi bien techniques que géologiques, il est très important de connaître la nature des roches de cette pile sédimentaire ainsi que la position des limites stratigraphiques principales. Une première approximation est faite grâce aux cuttings issus de la foration. Les diagraphies de puits effectuées après le forage permettent ensuite d’affiner grandement la position de ces limites et apportent des indications complémentaires quant aux roches traversées par le forage. Cette étude montre, à partir d’exemple précis issus du forage GRT-1 de Rittershoffen (France) comment les données diagraphiques ont permis d’affiner les premières appréciations des calages stratigraphiques. Trois signaux principaux ont été utilisés. En priorité c’est le Gamma Ray qui donne les renseignements les plus saillant (le GR mesure la radioactivité naturelle des roches permettant d’estimer le pourcentage d’argile par rapport aux autres roches). La mesure de gaz qui s’échappe de la roche pendant la foration est le deuxième indicateur permettant de caler au plus près les limites stratigraphiques notamment quand les marnes ou les argiles sont riches en matières organiques. Dans certaines conditions, le “caliper” qui donne la morphologie du trou de forage peut être un outil déterminant qui renseigne aussi bien sur la nature des roches que la présence de failles. Enfin, le ROP (vitesse de pénétration de l’outil dans la roche) donne une indication assez fiable sur la nature des roches. Tous ces résultats sont comparés avec le MASTER Log (rapport de fin de sondage).

27 octobre 2014