Accueil > Recherche > Projets internes > Projets 2014 > Zoom sur : Le projet EstOf-250

Zoom sur : Le projet EstOf-250

Présentation du projetCommuniqué de presseActualités INSU

EstOF-250
Expérience sismologique temporaire dans l’Outre-Forêt avec 250 stations

Contexte

De part son contexte géologique, la région de l’Outre-Forêt est une zone privilégiée pour le développement de l’énergie géothermique profonde. Dans le sillage du site pilote de Soultz-Sous-Forêts, de nouveaus projets à vocation industrielle ont vu le jour (Rittershoffen) ou sont envisagés à court terme (Wissembourg, Lauterbourg, ...). La mise en œuvre de cette technologie nécessite une connaissance fine de la structure et des propriétés du sous-sol dans les premiers kilomètres ainsi qu’un suivi des perturbations du milieu qu’elle peut potentiellement générer. Les méthodes géophysiques, et en particulier sismologiques, sont des outils privilégiés pour répondre à ces besoins. Elles sont cependant souvent limitées par une trop faible densité des points de mesures qui empêchent d’atteindre une résolution suffisante. L’amélioration de notre connaissance du sous-sol nécessite donc des réseaux denses mais qui sont rarement déployés de par leur coût et leur complexité de mise en œuvre.

Objectifs

Ecran de contrôle du réseau de stations -
Ecran de contrôle du réseau de stations

Le projet ESTOF-250 a pour ambition d’installer temporairement dans la région de l’Outre-Forêt un réseau dense et homogène de 250 sismomètres espacés de 1,5km qui viendront compléter les stations permanentes ou temporaires déjà installées dans la zone. Ce dispositif expérimental, unique en métropole, permettra de tester de nouvelles approches de traitement des données sismologiques et notamment celles basées sur l’analyse du bruit sismique ambiant. Cette technique ne nécessite donc aucune source sismique artificielle, et peut de ce fait être utilisée dans des environnements très variés. En complément d’autres méthodes, elle permettra de construire une image homogène et détaillée du sous-sol sur une superficie de 400km2 (thèse de Maximilien Lehujeur, Université de Strasbourg/groupe ES). En outre, ce réseau sera utilisé pour mener des études fines de la microsismicité naturelle ou induite, essentielles à une meilleure estimation de l’aléa sismique dans la région.

Equipement

 -

Un aspect innovant du projet réside dans l’utilisation d’un nouveau type de stations sismologiques miniaturisées, extrêmement simples à installer, et ne nécessitant aucune construction particulière ni système d’alimentation externe. Tous les éléments sont inclus dans un boitier unique cylindrique de 15cm de hauteur et 13cm de diamètre qui doit être couplé au sol à l’aide d’une tige métallique haute de 10cm. Cet équipement est disposé au fond d’un trou de même taille et l’ensemble est ensuite recouvert d’une fine pellicule de terre. Ainsi, une fois installé, il est complètement invisible et n’engendre aucun désagrément. En outre, cet équipement est entièrement passif et ne contient aucun composant susceptible de générer une quelconque pollution.

Mesures

Enregistrement du bruit sismique pendant 15 min - Composante verticale : (haut) déplacement en µm ; (milieu) vitesse en µm/s ; (bas) accélération en µm/s2
Enregistrement du bruit sismique pendant 15 min
Mesure du bruit sismique pendant un micro-séisme local (Ml=0.9) - Composante horizontale Nord-Sud : (haut) déplacement en µm ; (milieu) vitesse en µm/s ; (bas) accélération en µm/s2
Mesure du bruit sismique pendant un micro-séisme local (Ml=0.9)

Mise en œuvre

 -

La mise en oeuvre a eu lieu en 2 jours, les 25 et 26 août 2014. Il est prévu de les laisser fonctionner pendant 1 mois. L’installation et le retrait ne nécessitent que quelques minutes par site et sont réalisés par une équipe de 2-3 personnes travaillant au sein de l’équipe projet. Chaque site sera également visité deux fois durant sa période de fonctionnement. Aucun marquage visible ne sera effectué et le trou sera comblé une fois le matériel retiré. Nous prévoyons d’installer majoritairement les sismomètres en bordure de chemins communaux ou d’exploitation de manière à faciliter leur accès sans occasionner de gêne pour les habitants ou exploitants. En outre, cela permet généralement d’être situé suffisamment loin de certaines sources de bruit sismique (habitations, usines, mâts, ...) qui peuvent perturber les mesures. Si nécessaire, la localisation exacte de chaque instrument peut être revue en accord avec les autorités ou propriétaires des lieux proposés.

Les autorisations de déploiement ont été obtenues auprès des services de l’ETAT (DREAL) et des 53 communes et communautés de communes concernées.

Partenaires

 -

EstOF-250 est un projet de recherche piloté par l’Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre de Strasbourg, composante de l’Université de Strasbourg et rattachée au CNRS. Il bénéficie également du soutien logistique de Electricité de Strasbourg - Géothermie et du GEIE EMC de Soultz-sous-Forêts. Il est financé dans le cadre de l’appel d’offre 2014 du LABEX G-Eau-Thermie Profonde.

Contacts

J. Vergne {JPEG}Jérôme Vergne, jerome.vergne@unistra.fr, 03.68.85.01.00

Remerciements

Un grand merci aux 53 communes de la région pour leur accueil enthousiaste ! Merci aussi à nos partenaires : Université de Strasbourg, CNRS, groupe ES, GEIE EMC Soultz-sous-Forêts pour le soutien et financement.

 -

Ce projet a fait l’objet d’un article dans :

  • Les Dernières Nouvelles d’Alsace le 18/09/14
  • L’Alsace le 09/10/14

17 octobre 2014

Portfolio

  • Illustration Projet EstOf-250