Accueil > Chaire Industrielle > Chaire industrielle de Géothermie Profonde > 4 avril 2014, Inauguration de la chaire industrielle de géothermie (...)

4 avril 2014, Inauguration de la chaire industrielle de géothermie profonde

Vendredi 4 avril 2014, la première chaire industrielle de géothermie profonde a été inaugurée à l’Université de Strasbourg. Dans un contexte nécessaire de transition énergétique, cette chaire unique en son genre, est plurielle. Ses porteurs sont EDF, le Groupe ÉS, l’Université de Strasbourg et le CNRS.

L’inauguration a eu lieu au collège doctoral européen, en présence d’Alain Beretz, président de l’université de Strasbourg. Il a salué cette « chaire de compétences, qui répond à la demande des acteurs du monde économique d’explorer une filière encore mal connue mais prometteuse, source d’énergies renouvelables ».

Réponse aux journalistes -
Réponse aux journalistes

Le bassin rhénan fait de l’Alsace un territoire d’exception pour la géothermie profonde, une énergie d’avenir, permanente et non polluante. Néanmoins, son développement industriel se confronte à des défis techniques inédits, qui nécessitent des recherches approfondies et des connaissances scientifiques pour les analyser. Cette chaire industrielle vient illustrer et renforcer le partenariat industrie-université engagé au travers du LabEx G-EAU-THERMIE PROFONDE lancé en 2012, dans le cadre des Investissements d’Avenir, et porté par l’Ecole et observatoire des sciences de la terre (EOST). Elle vise à créer, via une dynamique multi-partenariale impliquant les acteurs clés de la géothermie profonde du bassin rhénan, un outil de valorisation et de développement de la filière française dans ce domaine. Cette chaire a pour cela trois missions : la recherche, la formation, la gestion de la données.

Frédéric Masson, directeur de l’EOST s’est réjouit d’une telle initiative, qui met en place un cercle vertueux de la recherche fondamentale à la recherche appliquée et vice-versa. Il souligne par ailleurs l’importance des formations continues dédiées à la géothermie, nécessaires pour appuyer l’essor de cette filière innovante mises en place à la rentrée 2014. Ainsi s’organisera une filière professionnelle à haute qualification, associant les savoirs technique et scientifique des industriels et des chercheurs, créatrice d’emplois pérennes et non délocalisables.

Côté industriel, Bruno Fyot, directeur général du Groupe Électricité de Strasbourg, a souligné que cette chaire est à la croisée des objectifs des partenaires. Si l’université cherche à repousser les limites de la connaissance, le but d’Electricité de Strasbourg est « d’arriver à améliorer les coûts, développer une expertise, trouver de nouveaux procédés et des outils spécifiques à l’exploration du sous-sol ». Un partenariat gagnant-gagnant facilité par l’implication du pôle Alsace Energivie qui a notamment labellisé le projet Ecogi.

Cette chaire est financée par ÉS à hauteur de 50 000 € par an pendant 8 ans sous forme de mécénat via la Fondation de l’Université de Strasbourg. S’ajoutent à ces 400 000 €, 1,7 millions pour le Consortium COGEOS (EOST/groupe ES) dont 500 000 € versés par EDF dans le cadre de la convention de coopération avec la Région Alsace. Sans oublier la dotation ministérielle (ANR) de 3 millions d’euros sur 8 ans, dans le cadre du LabEx G-Eau-thermie profonde (Investissements d’avenir).

Voir la table-ronde « De la recherche fondamentale à l’innovation industrielle : la géothermie profonde, une énergie renouvelable à fort potentiel."

14 avril 2014