Accueil > Formation > Stages > Circulation > 2013 - INSAR - (Ingénieur 2A)- ALLARD William/PAGNOT Guillaume

2013 - INSAR - (Ingénieur 2A)- ALLARD William/PAGNOT Guillaume

William Allard - Guillaume Pagnot

Diplôme préparé : Ingénieur EOST 2A

Sujet de stage : Evaluation des données SAR pour le suivi des mouvements de surface associés à l’exploration géothermique
Tuteur : N. Gourmelen

Résumé :
Des études antérieures ont montré que l’activité géothermique dans le site de The Geysers (Californie du Nord) provoque un déplacement en surface causé par l’extraction des fluides géothermiques. Le but de notre étude est de déterminer si l’exploitation géothermique sur les sites de Soultz-sous-Forêts (France) et de Bâle (Suisse) entraîne également la déformation du sol. En utilisant des techniques InSAR (Interferometric Synthetic Aperture Radar) basées sur l’imagerie par satellite. La méthode InSAR conventionnelle mesure des déplacements de surface relatifs en radians par la soustraction de deux images SAR. Les données proviennent de plusieurs satellites avec courte longueur d’onde (TerraSAR-X, ERS et Envisat) couvrant une période de 1992 à 2012 pour Soultz-sous-Forêts et de 2006 à 2007 pour Bâle. Nous ne pouvons pas extraire les informations directement à partir des données brutes, de ce fait la majeure partie de notre travail est de traiter nos données afin d’éliminer le bruit. En effet, ce bruit qui est causée par certaines sources comme la végétation et l’atmosphère pollue l’information contenue dans le signal. Nous utilisons trois outils principaux, le mask, le stack et les séries temporelles, sur la phase et la cohérence afin d’établir différentes approches de traitement et de minimiser ce bruit. Le traitement de la phase a été effectué sur les données de Soultz, et d’autre part la combinaison entre la phase et la cohérence a été faite sur les données de Bâle. Les résultats pour le site de Soultz-sous-Forêts révèlent une absence de signal sur le déplacement du sol de 1992 à 2012. Cela peut s’expliquer par l’utilisation d’images en bande C qui ne sont pas très appropriées pour les zones couvertes de végétation ou par la taille ainsi que la profondeur du réservoir géothermique. En effet, le réservoir de Soultz est plus petit et plus profond (5 km) que celui du site de The Geysers. En ce qui concerne la région de Bâle, nos résultats à partir de l’étude réalisée sur la cohérence ont montré une subsidence très faible.
Rapport de stage :

Rapport de Stage - Ingénieur 2A - ALLARD WIlliam/PAGNOT Guillaume - 2013
Rapport de Stage

30 mai 2013